Thérapie de couple

Comment se passe la première séance et la thérapie en général ?

Aujourd’hui, construire un couple est une aventure. Les finalités économiques, familiales sont remplacées par des finalités affectives : soutien réciproque et recherche de bonheur.
Ces nouvelles données appellent à plus de dialogue et de négociation dans le couple et donc demande aussi une plus grande créativité à chacun des deux partenaires.

En réalité, le couple n’est pas un état stable, ni le produit d’un acte, ni une condition donnée d’avance, mais un processus. Un processus de développement dont les phases successives dépendent d’un équilibre dynamique orienté vers la construction et le maintien d’une alliance. Cette alliance implique un lien d’interdépendance où chaque partenaire accepte et respecte l’autre comme différent et où cette différence est préservée, en même temps que l’identité des personnes, sous le signe de la réciprocité et de l’enrichissement mutuel.

cette alliance a besoin d’être construite et maintenue à travers les changements que traverse le couple, qu’il s’agisse de situations et d’événements comme les bonnes et mauvaises fortunes, la naissance des enfants, etc…, ou de l’évolution subjective des personnes au cours du temps. 

Beaucoup de conflits se font et se fixent, justement parce que les deux partenaires n’osent pas se laisser entrainer dans ce processus, craignant d’y perdre le bonheur des débuts. Ils se cramponnent à la définition première de leur relation et voudraient y contraindre leur partenaire. Mais à mesure que les années passent, cette première définition prouve qu’elle n’est plus valable : alors surviennent la déception, l’angoisse, la colère, la rancune. Pourtant toute phase de développement apporte avec elle des crises caractéristiques, absolument normales et que la lutte pour bien surmonter cette phase critique maintien le couple vivant. 

Il y a trois aspects à l’objectif d’une thérapie de couple : 

  1. Le premier concerne la connaissance de soi. A la fin de la thérapie, chacun des deux partenaires devrait avoir réussi à prendre conscience des difficultés personnelles en profondeur auxquelles il était fixé jusqu'alors si rigidement. Il devrait se familiariser avec l’aspect de sa personnalité qu’il cherchait à extérioriser sur le partenaire. 
     

  2. Un second, c’est une meilleure compréhension du partenaire. Le partenaire devrait pouvoir être accepté tel qu’il est et non tel qu’on préférerait qu’il soit.
     

  3. Le  troisième est la dynamique de couple et la façon dont elle s’est exercée sur une thématique commune. La découverte de la thématique fondamentale qui perturbe le couple est ce qu’il y a de plus important, et souvent aussi, pour les deux partenaires, ce qu’il y a de plus inattendu dans la thérapie. Le but n’est pas de rendre inefficaces les thèmes fondamentaux de la collusion, le but est de parvenir à un équilibre qui jouera de façon libre et souple. 

Tarifs

© Eric Rolland - therapeute Grenoble

Déclaration d'activité enregistrée sous le numéro 84380769438 auprès du préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes