Consultations individuelles

Comment se passe la première séance et la thérapie en général ?

Dans mon travail, la première séance est très importante. Mes objectifs sont précis : à la sortie de la première séance, je veux avoir établi un début de relation, avoir donné une première expérience de ce que la thérapie peut être, et avoir défini ensemble un objectif à notre collaboration. 

Je considère les séances initiales comme ‘’la pose du décor pour la thérapie’’.

Dés le début, je cherche à engager activement le client dans une relation de collaboration mutuelle. Parce que je veux promouvoir un mode d’échange détendu mais orienté, favorable aux questions, à l’exploration et à l’apprentissage, Je me sers le plus souvent de la même "ouverture" : « qu’avez-vous besoin de savoir à mon sujet ? »

Alors que beaucoup de clients ignorent qu’ils peuvent poser des questions au thérapeute, cette manière d’entamer l’entretien démontre qu’ils ont le droit non seulement d’être questionnés, mais aussi de questionner.

En deuxième lieu, le client apprend de la sorte, s’il ne le sait déjà que le fait d’accepter une première séance ne l’oblige pas à poursuivre avec moi, qu’il peut m’évaluer et choisir éventuellement de s’adresser à un autre thérapeute. Personne ne doit s’engager à l’aveuglette dans un travail important pour son existence avec quelqu’un qu’il ne connait ni d’Eve ni d’Adam, même si, d’après ses renseignements, la personne en question semble être un professionnel qualifié. 

Tout au long des premières séances, je maintiens délibérément un style du genre ‘’conversation’’, pour engager le client dans une exploration active de lui-même. Je veux que notre effort commun vise à comprendre son expérience, non à l’expliquer ou à critiquer la personne pour ses difficultés dans la vie. Mon rôle est de guider le client, à l’aider grâce à ma formation spécialisée, pour qu’il s’engage activement, d’une part pour cerner les processus et les circonstances qui occasionnent ses difficultés, de l’autre pour déterminer les points d’appui déjà présents pour la mise à l’essai d’alternatives nouvelles. 

Pour moi, la psychothérapie consiste à suivre trois fils conducteurs entremêlés : en-dehors de la thérapie, la manière dont la personne réussit ou non à gérer sa vie quotidienne et ses relations ; lors des séances, la qualité et l’efficacité de sa relation de travail commun avec le thérapeute ; enfin, l’influence de son passé sur le succès et la satisfaction qu’elle retire des deux aspects précédents. Pour cela : 

  1. Tout au long du travail, je vous interrogerai, et je m’interrogerai moi-même, à propos de votre efficacité dans votre vie.Je m’attends à ce que vous mettiez en œuvre dans votre existence quotidienne ce dont nous allons discuter ici. Je suis intéressé à ce que les personnes vivent une existence de qualité, utile socialement, et émotionnellement satisfaisante. Pour notre travail, je vous traiterai avec honnêteté et respect, et j’attends que vous agissiez de même à mon égard. Dans le domaine relationnel, je désire que chacun traite les autres avec une haute estime, et qu’il obtienne d’autrui la réciproque. C’est une de mes tâches de promouvoir votre efficacité pour vivre pleinement votre vie.
     

  2. Au fur et à mesure que notre relation se développera, nous travaillerons activement ce qui émergera entre nous. Chacun de nous, à n’importe quel moment, peut parler de notre relation et de tout ce qui peut en affecter la qualité ou l’efficacité : conflits, appréciations, erreurs, déceptions, impatience, intérêt, malentendus… une des fonctions principales de la relation thérapeutique est d’identifier et de résoudre les divergences entre, d’une part, ce que nous communiquons par notre comportement relationnel apparent et, de l’autre, ce que nous ressentons et désirons à un niveau psychologique et caché.Nous avons besoin de reconnaître, de comprendre et de changer ces divergences négatives. Il n’est pas toujours confortable de "mettre sur la table" ce qui est caché, mais l’espace thérapeutique est un lieu où il est possible de s’y exercer.
     

  3. Quand il sera indiqué de le faire, je vous interrogerai sur votre passé, sur les attitudes et les croyances qui, peut être, renforcent en vous l’idée qu’il est bien difficile de changer votre existence actuelle, parce qu’elle ressemble à ce que vous avez connu jadis. Ce que nous avons vécu antérieurement peut contaminer la manière dont nous définissons et résolvons les problèmes, ainsi que les objectifs que nous nous assignons. Nous travaillerons à la mise en question et à l’ouverture du "cadre de référence" qui provient de votre passé

Tarifs

© Eric Rolland - therapeute Grenoble

Déclaration d'activité enregistrée sous le numéro 84380769438 auprès du préfet de région Auvergne-Rhône-Alpes