Autres approches thérapeutiques

Psychologie positive

Au cours du dernier demi-siècle, la psychologie s’est surtout préoccupée d’un seul thème, la maladie mentale. Grace à cela nous connaissons aujourd’hui beaucoup de choses sur la façon dont ces troubles se développent et comment les soulager.

Même l’Analyse Transactionnelle n’a pas échappé à ce phénomène à son origine, en effet, Eric Berne, le père de l’Analyse Transactionnelle, était médecin psychiatre et psychanalyste de formation, même si il n’a jamais eu le titre de psychanalyste. Ces origines expliquent le modèle Bernien de prise en charge psychologique et thérapeutique qui était le sien. Modèle où la notion de ‘’guérison ‘’avait une place centrale.
Aujourd’hui beaucoup de personnes veulent plus que simplement corriger leurs faiblesses ; ils désirent une existence imprégnée de sens comme nous l’explique également la thérapie existentielle. Le docteur Martin Seligman fort de ce constat a décidé de travailler et de développer une science qui cherche à comprendre les émotions positives, à construire et renforcer nos forces et nos vertus et à fournir des orientations pour découvrir ce qu’Aristote appelait la ‘’vie bonne’’.
Les recherches de Seligman sur le bonheur montrent que celui-ci peut être augmenté d’une manière stable. Et la psychologie positive, montrent comment vous pouvez parvenir au niveau supérieur de votre marge de bonheur.


La psychologie positive possède trois piliers :

  • l'étude des émotions positives, 

  • l’étude des traits de personnalités positifs, en particulier nos forces et nos vertus et aussi les "aptitudes"

  • l’étude des institutions positives, telles que la démocratie, les liens d’amour et la recherche libre, qui soutiennent les vertus, qui à leur tour favorisent les émotions positives.