Autres approches thérapeutiques

La méditation en pleine conscience 

En 1979 un jeune professeur de médecine de l’université de médecine du Massachusetts Jon Kabat-Zinn suggère à ces collègues de lui envoyer "les cas désespérés" (ceux que leurs médecins ne pouvaient soulager de manière satisfaisante) pour qu’il leurs enseignent les techniques de méditation qu’il pratiquait lui-même depuis une quinzaine d’année. Il mit au point le programme MBSR (mindfulness bases stress reduction : réduction du stress par la méditation en pleine conscience). 

Les approches de pleine conscience constituent aujourd’hui des démarches très prometteuses dans la prise en charge de différents troubles psychologiques en particulier les troubles dues au stress, les états dépressifs, les douleurs chroniques. Issues des traditions millénaires, la pleine conscience s’inscrit dans le monde contemporain et est proposée aujourd’hui comme une méditation laïque, détachée des aspects religieux de ses origines. 

Cet entrainement, oui entrainement car en pratique, il ne s’agit pas d’en parler mais de le faire, est orienté autour du stress au sens large, des souffrances de la vie en général, des frustrations petites ou grandes qui jalonnent notre parcours de vie. 
Il est particulièrement approprié lorsque, physiquement ou psychologiquement, nous nous sentons dépassés, lorsque nous souffrons de ne pas avoir ce que nous voulons ou d’avoir ce que nous ne voulons pas.  

 

Quels objectifs ?  

Cet entrainement intensif vise à changer notre relation aux souffrances physiques et mentales, et au stress de la vie en général.

Pour cela nous allons :
Observer la manière dont nous faisons l’expérience du stress dans notre vie quotidienne, personnelle et professionnelle.
Changer le regard que nous portons sur nos schémas de pensée habituels, surtout ceux que nous qualifions de négatifs.
Développer ou redécouvrir des ressources pour augmenter notre résistance face au stress et aux difficultés inévitables de la vie.
Générer plus de paix en nous et autour de nous pour mieux "être" à la vie.  

Les exercices de pleine conscience sont d’abord centrés sur le dépistage de ses propres mécanismes de pensées et des émotions associées, puis sur la recherche d’un état de conscience où l’individu se défait des pensées qui l’assaillent en focalisant son attention sur le présent.  

Comme le dit Jon Kabat-Zinn : "nous avons parfois tendance à penser que la vie, la vraie, la bonne, ne commence qu’une fois tous nos problèmes résolus. Non elle est déjà là, sous nos et nos insatisfactions", cela rejoint une des idées de la thérapie existentielle.  

Une des pratiques fondamentales de la pleine conscience consiste à prendre soin des émotions douloureuses. Nous essayons de tout faire pour fuir la colère, la peur, le chagrin ou le désespoir que nous ressentons, mais en cherchant à effacer ou oublier notre douleur, nous rendons notre corps et notre esprit encore plus malheureux. 

Au lieu de nous comporter ainsi, nous pouvons revenir à nous-mêmes. Il s’agit de cultiver une certaine intimité avec notre corps avec une attention non jugeante. C’est la présence à soi-même et pas nécessairement réagir ou agir qui est primordial. 

La pratique de la méditation en pleine conscience (mindfulness) favorise une prise de conscience accrue des sensations corporelles, des perceptions, des pensées et des émotions qui se succèdent, sans intervention des jugements de valeur et des réactions affectives qui les accompagnes habituellement. Elle permet de développer une plus grande acceptation de notre expérience immédiate et d’arriver à une meilleure compréhension de nous-mêmes et de nos réactions habituelles. 

Durant la méditation en pleine conscience, Il s’agit de porter attention aux choses telles qu’elles sont et non pas telles que nous voudrions qu’elles soient et d’entrer progressivement dans un processus d’acceptation active de notre réalité.  

Le but fondamental de la pratique de la méditation en pleine conscience est d’apprendre par l’expérience que nos pensées ne sont pas une réalité mais des événements passagers dans notre esprit et que nous sommes plus et mieux en contact avec la vie telle qu’elle est quand nous vivons et éprouvons les choses avec le corps et nos cinq sens, plutôt que quand nous le pensons uniquement. Les pensées ne sont pas des faits mais notre point de vue présent sur les choses au moment où nous les voyons et pensons.  

Pour Mathieu Ricard, " la pratique de la méditation en pleine conscience est avant tout une forme d’entrainement de l’esprit. Cet entrainement dont nous avons besoin pour ne pas laisser notre âme en friche, et pour aller bien : on apprend tout dans la vie, pourquoi n’apprendrait-on pas à mieux faire fonctionner notre esprit ? "  

Comme l’Analyse Transactionnelle, la thérapie existentielle ou la psychologie positive, la méditation en pleine conscience consiste à valoriser l’avenir du patient, en mettant à jour ses compétences et ses ressources intrinsèques.